Game of Thrones : Les Marcheurs Blancs, qui sont-ils et que veulent-ils ? (SPOILERS)

Les Marcheurs Blancs autour du Roi de la Nuit dans la saison 6 de Game of Thrones.[© 2016 Home Box Office, Inc. All Rights Reserved.]

Les Marcheurs Blancs sont le fléau qui menace toute forme de vie sur Westeros. Mais que savons-nous d’eux exactement ? Nous avons tenté d’en savoir plus sur ce «péril glacé» (attention spoilers).

Avant même que la première note du générique de Game of Thrones ne retentisse, les téléspectateurs découvrant le tout premier épisode de la série inspirée de l’œuvre de George R.R. Martin ont immédiatement été confrontés à la principale menace planant au-dessus de la tête de chaque être vivant foulant le sol de Westeros : les Marcheurs Blancs. Lors de ce prologue, trois frères de la Garde de Nuit tombent nez à nez avec ces créatures de glace.

Deux mourront. Le seul survivant, considéré comme un déserteur, finira la tête tranchée par Ned Stark, le patriarche de la Maison Stark ne pouvant croire un instant à la réalité des propos tenus par celui qu’il présentera à Bran comme étant un «fou».

Six saisons et demi et un peu plus de soixante épisodes plus tard, l’existence des Marcheurs Blancs est seulement reconnue par une poignée d’hommes – dont Jon Snow – et tient toujours du fantasme pour une large majorité de la population à travers le continent. La raison ? Comme les dragons, que l’on croyait disparu depuis cent-cinquante ans, les Marcheurs Blancs n’ont plus été aperçus sur Westeros depuis plus de 8.000 ans après qu’ils aient été repoussés par les Premiers Hommes lors d’un conflit baptisé «La Longue Nuit», et qui dura toute une génération. Aujourd’hui, ces histoires sont considérées comme de simples légendes racontées par les nounous pour faire peur aux enfants (la nounou de Bran lui racontait ces histoires, pour rappel). Le problème est qu’elles sont tout à fait réelles.

Les origines

Dans la série, il a fallu attendre la saison 6 pour en apprendre plus sur l’origine des Marcheurs Blancs. Leur création y est présentée comme l’œuvre des Enfants de la forêt qui, pour se défendre face aux Premiers Hommes, ont décidé de transformer l’un d’eux en Marcheur Blanc il y a 8.000 ans à partir d’une magie puissante, mais mal maîtrisée, en lui enfonçant du verredragon dans le cœur.

C’est Leaf, une enfant de la forêt, qui explique à Bran qu’ils ont fait cela pour se protéger des Premiers Hommes. Ces derniers sont arrivés à Westeros en empruntant un passage reliant, à pied, le continent à Essos, 12.000 ans auparavant. Une fois sur place, ils se sont mis à abattre les arbres sacrés des Enfants de la forêt pour étendre leur territoire, déclenchant un conflit sanglant. Ce sont les Enfants de la forêt qui auraient noyé le passage entre Essos et Westeros pour empêcher l’afflux des Premiers Hommes. Voyant qu’ils ne parvenaient pas à les arrêter, ils décidèrent de créer les Marcheurs Blancs afin de les repousser.

Mais les Marcheurs Blancs échapperont rapidement à leur contrôle, et les Enfants de la forêt finiront par s’allier aux Premiers Hommes pendant «La Longue Nuit» afin de les repousser à l’extrême Nord de Westeros, sur les terres de l’Hiver Eternel. Une victoire obtenue lors de la «Bataille pour l’Aube» grâce à l’intervention du «Dernier Héros» connu sous le nom d’Azor Ahai, armé d’une épée de feu appelée «Illumination» (arme qu’il aurait forgé pendant cent jours et cent nuits avant de la plonger dans la poitrine de sa femme, Nissa Nissa, afin de lui donner ses pouvoirs magiques, selon la légende). C’est également à ce moment que Bran le Bâtisseur aurait érigé le Mur avec l’aide de la magie des Enfants de la forêt, et que la Garde de Nuit fut créée, afin de s’assurer qu’ils ne reviennent pas.

Il est important de noter ici que cette chronologie est propre à la série de HBO, puisque dans les livres, les Marcheurs Blancs apparaissent seulement au moment de «La Longue Nuit» (sans véritable explication sur leur origine exacte). Or celle-ci correspondrait à une période de paix baptisée «L’Âge des Héros» (suite à un pacte signé il y a 10.000 ans entre les Enfants de la forêt et les Premiers Hommes et qui aurait duré quatre millénaires, soit jusqu’il y a 6.000 ans, au moment de l’invasion des Andals), ce qui fait que l’explication de leur création par les Enfants de la forêt pour se protéger des Premiers Hommes dans la série ne tient pas. Ce qui n’a manqué de fortement déplaire à certains lecteurs.

Mais passons sur ce point de discorde, et concentrons-nous sur les autres informations contenues dans la série, et dans les livres, à propos des Marcheurs Blancs.

Qui sont-ils ?

Baptisés les Marcheurs Blancs, ou les Autres (dans les livres), ils ressemblent à des centenaires barbus et dégarnis avec des chicots qui exigeraient une sérieuse intervention chez un chirurgien-dentiste. Excellents combattants, ils sont dotés d’une force surhumaine et se baladent à dos de chevaux morts-vivants. Leur arme – qui peut être une épée ou une lance – est tellement froide qu’elle est capable de détruire une arme conventionnelle en acier avec une aisance déconcertante.

On sait qu’ils peuvent être tués, par du verredragon, comme Samwell l’a démontré dans l’épisode 8 de la saison 3.

Ou par une épée un acier Valyrien à l’instar de Jon Snow dans l’épisode 8 de la saison 5.

Ils craignent également le feu. Et probablement encore plus celui craché par un dragon (c’est bon de le rappeler).

Leur chef est le désormais célèbre Roi de la Nuit.

©HBO

Celui-ci possède des pouvoirs magiques, notamment la capacité de réveiller les morts – les êtres humains, mais aussi les géants, et les animaux - pour en faire des «Wights», ces fantassins privés de toute humanité, capables de courir sans jamais se fatiguer, de sauter d’une falaise et/ou de perdre des membres sans que cela ne les tue, et insensibles à la douleur. Toute personne tuée au combat est susceptible de venir nourrir les rangs de l’armée du Roi de la Nuit presque instantanément. Une pensée particulièrement décourageante pour toute personne qui envisagerait d’affronter les Marcheurs Blancs sur un champ de bataille.

Sont-ils vraiment méchants ?

Game of Thrones a passé la grande majorité de son temps à nous faire aimer, et/ou détester, certains personnages, certains clans, etc... tout au long de ces six saisons et demi. Détestable dans les premiers épisodes, Jaime Lannister est l’exemple même de l’antagoniste devenu sympathique, et pour lequel il est difficile de ne pas développer un minimum de compassion au fil des saisons. Les Marcheurs Blancs ? Depuis le début, ils semblent être le démon incarné, ceux qui vont tout détruire sur leur passage si personne ne fait rien (à part Jon Snow).

Mais quand on se penche un peu plus en détail sur leur sort, on réalise qu’il existe une autre facette de ces êtres glacés. Notamment à travers les paroles de George R.R. Martin. Lors de différentes interviews, l’auteur de la saga s’est exprimé à leur propos. Et ce qu’il en dit à de quoi titiller sérieusement notre curiosité.

«Les Autres ne sont pas morts. Ils sont étranges, beaux… une forme de vie différente… inhumaine, élégante, dangereuse», a-t-il notamment expliqué. «Les Autres peuvent faire des choses avec la glace qui dépasse l’imagination et lui donner de la substance», ajoute-t-il encore. En fait, les Marcheurs Blancs ne sont pas de vulgaires zombies de glace, mais des créatures vivantes (avec de très beaux yeux bleus, il faut le reconnaître).

Dans les livres, on apprend également qu’ils possèdent leur propre langage connu sous le nom de «Skroth» (dans la série, ils sont mutiques… pour le moment), qu’il peut leur arriver de rire (oui, oui), et de ressentir la douleur. Dans plusieurs épisodes de la série, on peut constater qu’ils sont aussi capables d’exprimer des émotions, comme la surprise (quand Jon Snow contre l’attaque avec Longclaw, par exemple), ou la colère.

La guerre est-elle inévitable ?

Qui s’attend vraiment à voir le gentil Jon Snow s’allier avec Daenerys, et toutes les bonnes âmes de Westeros, afin d’infliger une grosse déculottée au méchant Roi de la Nuit et ses Marcheurs Blancs, à l’aide des dragons, avant de finalement se marier et de faire des enfants sur un continent qui connaîtra la paix pour des siècles et des siècles ? Ces personnes pourraient être déçues.

George R.R. Martin a toujours clamé qu’il aimait être imprévisible. Et il s’est exprimé sur le concept du «Bien contre le Mal», expliquant qu’il trouvait cela trop simpliste, et que les guerres dans ses livres seraient bien plus complexes d’un point de vue moral. David Bienoff, l’un des showrunners de la série, a lui-même affirmé que Game of Thrones ne serait en aucun cas une série opposant «le Bien et le Mal».

Aussi, de nombreuses communautés de fans sur Internet doutent que la série se termine par un simple affrontement entre les Marcheurs Blancs d’un côté, et Jon et Dany de l’autre. Pour eux, la légende d’Azor Ahai ne serait qu’une… légende. Et une des théories les plus répandues voudrait que les Marcheurs Blancs et les Hommes finissent par trouver un terrain d’entente, et/ou sceller un pacte, afin de mettre fin au conflit les opposant. Comme cela aurait pu déjà être  le cas il y a 8.000 ans.

Impossible ? Pas du tout. Il existe même plusieurs exemples, aussi bien dans la série que dans les livres, de relations pacifiques entre des êtres humains et les Marcheurs Blancs.

Dans la série :

Dans l’épisode 4 de la saison 4, on découvre que Craster, qui vit au-delà du Mur, sacrifie ses garçons pour en faire don aux Marcheurs Blancs. Qui en échange le laissent vivre paisiblement avec ses filles... qui sont aussi ses femmes et les mères de ses enfants. L’un conduit alors le bébé jusqu’à un endroit mystérieux situé au fin fond des terres de l’Hiver éternel où l'enfant est déposé sur un autel glacé, placé au centre d’un lieu en apparence sacré, pour y effectuer un étrange rituel. On voit alors le Roi de la Nuit se présenter pour se saisir de l’enfant afin de le transformer en Marcheur Blanc en posant son ongle sur sa joue.

Ceci est la preuve qu’un être humain peut créer un échange - aussi abominable soit-il - avec les Marcheurs Blancs. Et Craster ne doit certainement pas être le seul à avoir tissé ce type de «relations» avec eux. Les Autres pourraient avoir besoin des humains pour assurer la continuité de leur espèce. Ce qui n'est pas anodin.

Dans les livres :

On y trouve l’histoire du «Nightfort», le premier château ayant accueilli les hommes de la Garde de Nuit au pied du Mur. Et qui depuis a été laissé à l’abandon. C’est là que le 13e Seigneur Commandant de la Garde de Nuit serait tombé amoureux d’une Marcheuse Blanche (oui, il y aurait des femmes parmi eux). Ils se seraient alors proclamés roi et reine.

En utilisant une mystérieuse sorcellerie, il aurait contraint ses frères d’armes à le suivre, et son règne aurait duré treize années avant que la Maison Stark, aidée par le puissant Joramun, le roi des Sauvageons, ne libère les soldats de son emprise et ne le tue. Ils auraient ainsi découvert que ce roi autoproclamé faisait lui aussi des sacrifices humains aux Autres à travers une porte magique située dans les caves du château permettant de passer de l’autre côté du Mur. La trace de son passage au sein de la Garde de nuit aurait été consciemment rayée de l’Histoire en raison de sa trahison.

Conclusion

Comme on peut le voir, aussi redoutables et menaçants soient-ils, les Marcheurs Blancs pourraient être autre chose qu’une simple force maléfique avec laquelle il est impossible de négocier. Car, après tout, personne ne connaît la véritable raison qui pousse les Marcheurs Blancs à revenir, après des millénaires à rester cachés, si ce n’est que l’hiver est de retour et que le froid et la glace leur sied à merveille. Ceux qui soutiennent la théorie d’un traité de paix avec les Marcheurs Blancs pensent que Jon Snow pourrait être celui qui parviendra à créer un dialogue avec le Roi de la Nuit afin de mettre fin au cauchemar annoncé. Comme il l’a déjà fait avec les Sauvageons (ce qui était inconcevable pour ses compagnons d’arme). Mais nous savons tous également que cette négociation a directement conduit à son assassinat de la main de ses frères de la Garde de Nuit.

Une chose semble toutefois certaine à propos de la conclusion à venir de Game of Thrones, c’est qu’elle devrait en surprendre plus d’un. «Je dis toujours qu’il faut s’attendre à une fin douce-amère. On ne peut tout simplement pas terminer une quête et ensuite prétendre que la vie est parfaite», avait déjà prévenu George R.R. Martin en 2015.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles