«GeoConfess» : l'application qui met en relation prêtres et pénitents

Le Pape François reçoit la confession au Vatican, en mars 2015. Photo d'illustration. [ALESSANDRO BIANCHI / POOL / AFP]

Créée par des entrepreneurs catholiques en partenariat avec la chaîne de télévision KTO, l'application GeoConfess permet de mettre en relation une personne qui souhaite se confesser avec un prêtre disponible.

Lancée sur les plateformes Android et iOS au début du mois d'avril, GeoConfess a pour ambition de dépoussiérer l'image de la confession, ce sacrement exclusif de l'Eglise catholique tombé en désuétude, pour le rendre à nouveau populaire notamment auprès des jeunes générations. Présentée comme le Uber de la confession GeoConfess propose, comme le service de VTC le fait entre chauffeurs et clients, de mettre en relation des prêtres avec des pénitents souhaitant obtenir le pardon de Dieu.

A lire aussi : Var : le curé planque dans le confessionnal pour démasquer le pilleur de tronc

Comment ça marche ?

Les prêtres, après vérification de leur identité sur le registre de KTO, renseignent l'adresse de leur paroisse et leurs horaires de confession. Les pénitents peuvent ensuite découvrir en quelques clics les prêtres disponibles dans leur région grâce à la géolocalisation. Une discussion anonyme peut débuter dans laquelle le prêtre et le pénitent peuvent se mettre d'accord sur le lieu du sacrement, qui peut aussi bien être exercé à l'Église qu'au domicile de la personne qui souhaite se confesser.

A lire aussi : Le tombeau du Christ à Jérusalem va être restauré

Selon Tanguy Levesque, son concepteur, plusieurs dizaines de prêtres seraient déjà prêts à tester le dispositif. «Le facteur clé sera le maillage du pays. Notre premier travail est de faire connaître l'application aux confesseurs, les prêtres, et à les encourager à se connecter», a-t-il expliqué à RTL. Dans cette optique, l'application sera d'abord ouverte aux prêtres avant d'être généralisée.

Le 10 février dernier à Rome, lors du jubilé de la Miséricorde, le Pape François avait par ailleurs affirmé sa volonté de dépoussiérer l'image de la confession. Si son appel semble avoir été entendu avec la création de GeoConfess, ce sont, plus largement, plusieurs applications visant à convertir l'Eglise au numérique qui devraient voir le jour dans les semaines à venir. 

À la fin du mois de janvier, des entrepreneurs catholiques étaient réunis à Paris pour présenter des projets comme Hozana, un réseau social pour lancer des chaînes de prières, Awoun, une plateforme de recensement des retraites spirituelles ou encore La Quête, un outil pour faciliter la collecte des dons à la messe.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles