Sous la pression des athlètes, la fédération de biathlon pourrait renforcer ses règles antidopages

Sept enquêtes sont en cours sur des biathlètes russes possiblement dopés. [[ Crédit PASCAL GUYOT / AFP ]]

Après l'abandon de plusieurs enquêtes sur le dopage d'athlètes russes, la Fédération internationale de biathlon pourrait durcir ses contrôles.

Début juillet 2016, le rapport Mac Laren rendaient publiques ses conclusions concernant le dopage des athlètes russes lors des Jeux Olympiques d'Hiver de Sotchi de 2014. Selon l'enquête, le gouvernement russe aurait bel et bien été impliqué dans le dopage de ses athlètes. Plusieurs ont été disqualifiés pour les Jeux Olympiques d'été, et dernièrement, 29 enquêtes ont été ouvertes sur des biathlètes russes, soupçonnés de dopage.

A lire aussi : Athlétisme : des réformes pour lutter contre le dopage et la corruption

A quelques jours des mondiaux de biathlon (du 9 au 19 février), le bureau exécutif de l'instance a classé sans suite, faute de preuves, 22 des 29 enquêtes ouvertes. Cette annonce a agacé plusieurs sportifs qui ont reproché à la fédération son manque de sévérité face au dopage.

Certains réclament des prises de position plus fortes, comme la limitation du nombre de places au départ des compétitions pour les pays dont certains athlètes ont été suspendus. L'organisation de biathlon a donc convoqué un congrès extraordinaire qui se réunira avant la mi-février, soit avant les mondiaux, afin de modifier son règlement antidopage.

 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles