Un homard découvert avec une canette de soda «tatouée» sur la pince

Cette découverte relance le débat sur la quantité de débris accumulés dans tous les océans du monde. [AFP / ARCHIVES]

Alors qu’elle attachait les pinces d’un homard, une pêcheuse canadienne a eu la surprise de découvrir que l’une d’entre elles était recouverte d’une image de canette de Pepsi.

Ce homard «tatoué» a été trouvé au large du Nouveau-Brunswick, au Canada. Pris au piège dans les eaux, le homard avait été chargé sur une caisse pour que ses pinces soient collées lorsque la pêcheuse a été attirée par une image bleue et rouge sur le crustacé.

Karissa Lindstrand, qui boit jusqu'à douze canettes du soda par jour, a rapidement repéré la ressemblance avec le fameux logo, comme le révèle The Guardian. Ni elle, ni aucun membre de l'équipage n'avait jamais rien vu de tel.

La pêcheuse a expliqué que l’image semblait avoir été tatouée sur le homard, mais qu’elle aurait facilement pu être retirée en la grattant. Cette dernière a affirmé ignorer comment l’image avait pu se retrouver sur le crustacé. Elle dit avoir pris une photo avant de mettre le homard dans une caisse, qui a été envoyée à un acheteur.

«J'essaie toujours de comprendre ce que c'est exactement»

Toutes sortes de théories circulent depuis cette découverte. Certains avancent que le homard pourrait avoir grandi autour d'une canette, qui a fini au fond de l'océan. D'autres affirment qu'une partie de la canette se serait coincée sur le homard. Lindstrand conteste ces théories. Selon elle, l’image sur la pince était pixélisée, et ne pourrait donc pas provenir d'une canette. La pêcheuse estime que le logo d’une boîte de Pepsi serait beaucoup trop grand pour être ce qu'elle a vu.

Le logo semblait provenir d'une image imprimée, mais le papier se serait détérioré dans l'océan. «J'essaie toujours de comprendre ce que c'est exactement», a déclaré la pêcheuse, incrédule.

Cette découverte relance le débat sur la quantité de débris accumulés dans tous les océans du monde. Entre cinq et treize millions de tonnes de plastique pénètrent dans les océans chaque année pour être ingérées par des oiseaux de mer, des poissons et d'autres organismes. La navigatrice Dame Ellen MacArthur a annoncé qu'en 2050, la mer pourrait contenir plus de plastique que de poisson.

Récemment, des chercheurs ont découvert près de 38 millions de morceaux de plastique - pesant près de 18 tonnes - qui s'étaient échoués dans l'un des endroits les plus reculés du monde : un atoll de corail inhabité dans l'est du Pacifique Sud. Les scientifiques ont trouvé des centaines de crabes qui se promenaient dans des maisons de fortune, faites de capsules de bouteilles et de pots de cosmétiques.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles