Le Bitcoin s’effondre temporairement après une attaque de pirates nord-coréens

Youbit s'est excusée pour les fonds perdus, et a annoncé l'arrêt de toute ses activités sur son site internet.[ANTHONY WALLACE / AFP]

Un bureau de change numérique sud-coréen, sur lequel ont pouvait échanger des cryptomonnaies et notamment du Bitcoin, a déclaré mercredi qu'il faisait faillite après avoir été piraté pour la deuxième fois en un an.

Youbit - un petit joueur sur le marché de la cryptomonnaie en Corée du Sud - a ainsi déclaré que des pirates avaient volé 17% de ses actifs crypto à 4h35 (heure locale) mardi. Affecté par la nouvelle du piratage, le Bitcoin est tombé en dessous des 16.000 dollars hier en Asie, alors qu'il semblait lundi encore tout proche des 20.000 dollars.

Une baisse renforcée par l'arrivée du Bitcoin Cash, concurrent du Bitcoin, sur la plateforme d'échanges américaines Coinbase.

Youbit s'est excusée pour les fonds perdus, et a annoncé l'arrêt de toute ses activités sur son site internet. «Les actifs des utilisateurs seront dévalués à 25%», déclare la plateforme, promettant de faire de son mieux pour minimiser les pertes, grâce aux assurances et aux ventes de ce qui reste de l'entreprise. 

Le service de renseignement sud-coréen, l'Agence coréenne de sécurité et d'Internet (KISA) enquêtent. Des cyberattaques récentes ont été liées à la Corée du Nord, qui aurait rapporté des millions dans la monnaie virtuelle, voire davantage, puisque les sanctions internationales limitent l'approvisionnement en argent de Pyongyang.

Deux attaques en un an

Huit mois auparavant, près de 4.000 bitcoins, d'une valeur alors estimée à 5,5 milliards de wons, soit plus de quatre millions d'euros, et qui représentaient près de 40 % de ses actifs, avaient été dérobés dans une cyberattaque imputée à la Corée du Nord. « Nous allons fermer tous les échanges, suspendre tous les dépôts et les retraits et prendre des mesures pour déclarer la faillite », a affirmé Youbit dans son communiqué.

Le code malveillant utilisé dans les attaques de l'été était «pratiquement identique» aux attaques précédentes liées à la Corée du Nord, ont constaté des chercheurs. Les Etats-Unis ont critiqué le régime de Kim Jong-un pour le ransomware (ou rançongiciel en français, est un logiciel informatique malveillant, prenant en otage les données) WannaCry, qui s'est répandu dans 150 pays différents en mai de cette année, paralysant plusieurs cliniques et hôpitaux.

Le plus grand échange numérique en Corée du Sud est celui de Bithumb, qui représente 70% de la crypto-monnaie du pays. Les échanges de bitcoins et les portefeuilles sont des cibles privilégiées pour les pirates et il est à craindre qu'ils deviennent plus vulnérables à mesure que les valorisations augmentent. Selon les estimations, un million de Sud-Coréens, pour la plupart des investisseurs à la petite semaine, possèdent des bitcoin. La demande est si forte que le cours du bitcoin dans le pays excède de 20 % celui aux États-Unis, son plus grand marché.

Fondée en 2013, Youbit se spécialisait dans les échanges de multiples monnaies virtuelles, dont le Bitcoin et Ethereum, un protocole d'échanges décentralisés permettant la création par les utilisateurs de contrats intelligents. C'est la première fois qu'une plateforme sud-coréenne fait faillite. Investir dans les crypto-monnaies est devenu très populaire dans ce pays fasciné par les technologies.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles