Les 30 plus belles chansons d'amour, selon NME

Le classement publié par le magazine NME s'étend des années 1960 à 2013.

Le magazine britannique NME (New Musical Express, spécialisé dans le rock) a dévoilé sa sélection des trente plus belles chansons d'amour, sans établir de classement. Nous vous les présentons dans l'ordre chronologique.

«Yesterday» - The Beatles (1965)

La chanson la plus reprise de l'Histoire. Si la paire Lennon/McCartney est créditée pour la composition du titre, c'est bel et bien «Macca» qui en est l'unique auteur. Plus tard, l'ex-Beatle racontera s'être un jour réveillé avec cet air dans la tête, et que les premières paroles étaient «Scrambled eggs, oh you've got such lovely legs».

«God only knows» - The Beach Boys (1966)

La chanson est écrite par Brian Wilson alors que le reste du groupe est en tournée au Japon. Connus jusque-là pour des titres enjoués comme «I get around» ou «Surfin USA», les Beach Boys signent avec ce superbe morceau l'une de leurs premières chansons émouvantes, et «la plus belle chanson d'amour jamais écrite» pour Paul McCartney.

«Suspicious Minds» - Elvis Presley (1968)

Composée par le chanteur Mark James, cette reprise constitue le dernier single n°1 du King. Son auteur avouera qu’il l’écrivit en pensant à son amour de jeunesse. Une dizaine d’autres reprises furent enregistrées, la dernière datant de 2014, par Amanda Lear.

«Maybe I'm amazed» - Paul McCartney (1970)

Cette fois, pas de doute, c'est bien lui qui obtient la paternité de la chanson. Ecrit pour sa femme Linda McCartney, le titre apparaît sur son tout premier album solo, sortie une semaine après l'annonce de la séparation des Beatles.

«You're my best friend» - Queen (1975)

L'une des rares chansons du groupe écrites par le bassiste John Deacon. Cette tendre ballade est une lettre d'amour à Veronica, sa femme de 41 ans.

«Heroes» - David Bowie (1977)

La chanson de David Bowie la plus écoutée en ligne après sa mort. Cet hymne épique vante les qualités rédemptrices de l'amour, qui peut faire de chacun de nous des héros. Le titre apparaît sur l'album du même nom, qui fait partie de la légendaire trilogie berlinoise de l'artiste.

«Alison» - Elvis Costello (1977)

Les paroles suggèrent que le narrateur est en admiration devant son ex, qui a tourné la page et s'est mariée. Elvis Costello a révélé que la chanson avait été inspirée par une femme remarquable qu'il vit dans un supermarché et dont il a imaginé la vie.

«Hand in glove» - The Smiths (1983)

La chanson évoque l'état d'esprit des jeunes amants, qui se sentent seuls contre tous. Moz et Marr l'écrivent juste après leur deuxième concert en tant que Smiths.

«Hounds of love» - Kate Bush (1985)

Le titre met en avant le côté ambivalent de l'amour, à la fois enivrant et effrayant, rassurant et dangereux. La chanteuse évoque notamment les risques de s'engager avec une personne et décrit l'amour comme quelque chose de bestial, capable de nous paralyser.

«With or without you» - U2 (1987)

Bono s'est inspiré de ses sentiments conflictuels entre sa vie de musicien et d'homme marié pour écrire cette magnifique chanson d'amour. Deuxième titre de U2 le plus repris par d'autres artistes, «With or without you» fait systématiquement partie de la playlist du groupe pour leurs concerts.

«Nothing compares to you» - Sinead O'Connor (1990)

Si cette chanson larmoyante a été composée par Prince, c'est bel et bien Sinead O'Connor qui se l'est appropriée et en a fait un tube planétaire. Elle lui a notamment valu un Grammy et reste son titre le plus connu.

«Friday I’m in love» - The Cure (1992)

Une chanson pop directe et ensoleillée, en décalage avec le répertoire habituel de The Cure, souvent plus sombre. Le chanteur Robert Smith a dit de cette chanson qu'elle était «une excellente progression d'accords, j'avais du mal à croire que personne ne l'avait utilisé auparavant.»

«She's electric» - Oasis (1995)

Une des chansons les plus sympathiques du groupe, même si elle n'est pas resté autant dans les mémoires que d'autres titres phares du groupe à l'époque, comme «Wonderwall» ou «Don't look back in anger». L'histoire est d'une simplicité terrifiante : un garçon rencontre une fille, ils tombent amoureux l'un de l'autre.

«Disco 2000» - Pulp - 1995

La sérénade pour enfants dont le chanteur Jarvis rêvait en secret depuis longtemps. La chanson s'inspire de la vie de Deborah Bone, une coach mentale qui remporta plusieurs récompenses, avec qui il grandit réellement. Il la chanta à l'occasion de son 50e anniversaire.

 

«Say yes» - Elliot Smith (1997)

Peut-être la chanson la plus connue de l'artiste, mais aussi la plus à l'eau de rose. «Say yes» pourrait être le titre phare de n'importe quelle comédie romantique pour adolescents vu son côté plaisant et universel.

«Love is like a bottle of gin» - Magnetic Fields (1999)

Ce titre minimaliste, issu de l'album épique 69 love songs, passe en revue les nombreuses caractéristiques que l'amour partage avec une bouteille de Gin.

«Yellow» - Coldplay (2000)

Le premier vrai «hit» de Coldplay. D'un côté, il s'agit d'une belle chanson d'amour assumée. D'un autre, pourquoi diable s'appelle-t-elle «Yellow» (jaune en anglais) ? Le chanteur Chris Martin s'est un jour exprimé là-dessus : «De quoi parle cette chanson ? Franchement, je n'en ai pas la moindre idée !»

«Fell in love with a girl» - White Stripes (2001)

Un rush euphorique d'hormones adolescentes, celui de voir quelqu'un dont on est tombé fou amoureux. Cette chanson étourdissante est comme une piqûre d'additifs en plein coeur.

«Yeah yeah yeah» – Maps (2003)

La chanteuse Karen O, qui pleure dans la vidéo du clip, a révélé plus tard que ses larmes étaient bien réelles. «Mon petit ami de l'époque était censé venir au tournage mais il est arrivé trois heures en retard alors que je m'apprêtais à partir en tournée» a-t-elle déclaré au magazine NME.

«Crown of love» - Arcade Fire (2004)

Un titre qui se démarque du reste de l'album Funeral, le tout premier du groupe. Au milieu de morceaux sombres, le chanteur Win Butler s'est battu pour pourvoir écrire une chanson optismiste.

«For lovers» - Pete Doherty (2004)

Peut-être l'instant le plus romantique de la carrière de Pete Doherty. Cette chanson d'amour «indie», aujourd'hui un peu oubliée, est une ode mélancolique et bouversante à propos de la fin du mariage de son co-auteur, Peter Wolfe «Wolfman».

«First day of my life» - Bright Eyes (2005)

Une belle sentimentalité dans cette chansonnette acoustique. Elle décrit ce moment si particulier de la rencontre avec son âme soeur, le moment où la vie a véritablement commencé.

«Mardy Bum» - Artic Monkeys (2006)

Dans cette chanson très mélodique, le chanteur Alex Turner utilise comme à son habitude des termes typique de son Yorkshire natal. «Mardy» est une expression familière de ce comté de l'Angleterre pour désigner quelqu'un qui boude et fait des histoires pour des choses sans importance.

«Love is a losing game» - Amy Winehouse (2006)

Quittée par son petit ami de l'époque, Blake Fielder-Civil, Amy Winehouse utilise une métaphore sur le pari tout au long de cette chanson sombre afin de mettre en avant la duplicité de l'homme. La chanson remportera l'Award Ivor Novello dans les catégories «Meilleur musique» et «Meilleures paroles».

«Toothpaste kisses» - The Maccabees (2007)

Le résultat de cette chansonette est si intimiste qu'on pourrait croire que l'enregistrement a réellement eu lieu dans la bouche d'Orlando Week, le leader du groupe, ce qui paraîtrait approprié au vu de la naïveté des paroles.

«Make it wit chu» - Queens of the Stone Age –  (2007)

Une chanson qui évoque une dévotion sans faille avec un rythme très rock'n roll. Sans aucun doute le titre le plus sordide de toute cette sélection.

«Home» - Edward Sharp and the magnetic Zeroes (2009)

Cette chanson d'amour indie-pop est un duo entre les chanteurs Alex Ebert et Jade Castrinos, qui étaient en couple à l'époque, ce qui donne du relief au refrain inoubliable «Home is whenever I'm with you» (Je me sens à la maison dès que je suis avec toi).

«Video Games» - Lana del Rey 2010

Le clip de ce titre qui révéla la chanteuse a connu un énorme buzz sur internet, avec son côté artisanal et sa bobine kaléidosopique. La chanson puissamment orchestrée évoque une relation en fin de parcours avec une grande mélancolie. «Video Games» remportera l'Award Ivor Novello dans la catégorie «Meilleure chanson contemporaine».

«Someone like you» - Adele (2011)

Peut-être le titre référence en termes de rupture, cette chanson triste et nostalgique s'adresse à tous les délaissés. Adele récidivera en 2015 avec le tube "Hello", qui traite du même thème. 

«Mirrors» - Justin Timberlake (2013)

Mi-ballade sentimentale, mi-mix entre funk et R&B, cette ode à l'amour de huit minutes s'inspire du mariage des grand-parents de Justin Timberlake.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles