Faut-il craquer pour la Super Nintendo Mini ?

Après avoir fait brillé les yeux des enfants et des ados durant les années 1990, la Super Nintendo s'offre un bain de jouvence pour mieux revenir dans nos foyers. La console est de retour ce vendredi 29 septembre dans un format bien plus compact.

Une petite machine que nous avons pu tester et même comparer avec son illustre aînée, qui s'était écoulée à plus de 50 millions d'exemplaires dans le monde entre 1990 et 2003. La Super Nintendo Mini surfe donc sur la vague du rétrogaming et reprend le concept lancé l'an passé par la Mini NES, qui s'était vendue à plus de 100.000 exemplaires en France... avant de disparaître des rayons, faute de capacité de production suffisante. Toutefois, au regard de ce succès, Nintendo le promet : «il y aura du réassort, y compris en 2018 sur la Super Nintendo Mini».

super-nintendo-mini-2.jpg

Côté technologie, cette nouvelle version de la 16-bit propose un câble HDMI, ainsi qu'un port USB. Les deux peuvent être reliés à un téléviseur, puisque ce dernier pourra alimenter en courant la machine, qui consomme très peu. Nul besoin donc d'acheter un adaptateur secteur, comme certains l'annoncent sur les forums.

Autre point positif, Nintendo a retenu les critiques formulées à l'égard de la NES Mini. Ainsi, la console est livrée directement avec deux manettes, semblables à celles de l'époque, et leurs câbles sont beaucoup plus longs, de quoi enfin s'éloigner de l'écran. Seul reproche, le fait de devoir encore utiliser le bouton reset pour revenir sur les menus et accéder aux sauvegardes. Une manipulation avec la manette aurait été bienvenue pour ne par avoir à se lever de son canapé.

Une ludothèque de 21 hits au compteur

Pour le reste, il s'agit de plug'n play. La console contient en effet vingt-et-un jeux vidéo comptant parmi les plus grands hits de la machine. Super Mario Kart, Mega Man X, Super Castlevania IV, Super Mario World, Yoshi's Island, Zelda III, Final Fantasy VI, Secret of Mana, Contra III, Super Ghouls'n Ghosts ou encore les inoubliables Street Fighter II Turbo et Donkey Kong Country. Une collection qui illustre la qualité des softs de l'époque, dont le gameplay reste largement supérieur à la ludothèque de la mini NES.

super_nintendo_mini_classic_-3.jpg

Autre point, Star Fox (connu sous le nom de Star Wing lors de sa sortie en France) est non seulement inclus dans cette offre, mais aussi sa suite qui n'avait jamais eu la chance d'être commercialisée à l'époque. Star Fox 2 était en effet quasiment terminé en 1996, toutefois le succès des consoles PlayStation chez Sony et Saturn chez Sega et leur supériorié technique ont eu raison de son lancement. Nintendo préférant travailler sagement sur sa fameuse Nintendo 64. Un titre inédit, donc, qui au final n'a pas vraiment à rougir de la comparaison puisque la machine témoigne ici de l'âge d'or de Nintendo.

Au rang des déceptions, on pourra regretter l'absence de certains chefs d'œuvres, tels Chrono Trigger, Dragon Quest V, voire l'absence de shoot'em up, comme Axelay, Super Aleste ou Parodius, dont le genre avait marqué son époque. Seul le fait de devenir propriétaire d'une ancienne Super Nintendo permettra d'accéder à la totalité de la ludothèque de cette console, grâce à son port cartouche.

Mais la sélection opérée par Nintendo reste judicieuse et promet de longues heures de jeu, pour les retrogamers, les nostalgiques et les jeunes gamers curieux, qui n'auraient pas connu la console de leurs parents. D'autant que l'émulation en haute définitition et à 60 images par seconde sur les écrans d'aujourd'hui rend justice à cette ludothèque. Il est d'ailleurs possible d'y jouer en simulant un écran cathodique, afin de retrouver tout le grain des pixels d'antan.

Super Nintendo Classic Mini, Nintendo, 79,99 euros.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles