Les 10 expos à ne pas rater à Paris en 2018

Le Musée du Louvre de Paris accueillera en 2018 une grande exposition autour d'Eugène Delacroix Le Musée du Louvre de Paris accueillera en 2018 une grande exposition autour d'Eugène Delacroix[LUDOVIC MARIN / AFP]

2018 promet de belles sorties au musée. Voici les dix expositions majeures qui vont marquer cette nouvelle année.

Alors que parisiens et touristes peuvent encore profiter des grandes expositions de l’automne à l’instar de la rétrospective Gauguin au Grand Palais ou la grande exposition autour de l’œuvre prolifique de César au Centre Pompidou, les musées s’apprêtent à faire peau neuve pour cette nouvelle année 2018. Dix grandes expositions ne manqueront pas de susciter l’intérêt du public.

Michael Jackson, icône de l’art

an_illuminating_path_by_david_lachapelle.jpg

An illuminating Path, 1998, Courtesy of the Artist © David LaChapelle

Plus qu’un chanteur superbement looké et un danseur hors pair, Michael Jackson possédait cette chose impalpable qui infuse dans toute la société : le génie. Le Grand Palais et la National Portrait gallery de Londres ont eu la bonne idée d’unir leur force avec le Michael Jackson Estate afin d’organiser une grande exposition autour de l’influence de la star sur certains des plus grands noms de l’art contemporain. A la suite d’Andy Warhol en 1982, de nombreux artistes contemporains ont suivi et ont utilisé l’image de l’interprète de Billy jean pour leurs œuvres. Le Grand Palais expose les œuvres de plus de quarante artistes. Parmi eux, David LaChapelle, Rita Ackerman, Donald Urquhart ou encore Jonathan Horowitz.

Michael Jackson, icône de l’art, du 23 novembre 2018 au 17 février 2019 au Grand Palais.

Alfons Mucha

Rare sont les artistes qui donne leur nom à un courant artistique. C’est le cas pour Alfons Mucha, le père de l’affiche publicitaire de Gismonda, pièce créée pour Sarah Bernhardt au Théâtre de la Renaissance fin 1984. Artiste tchèque parmi les plus populaires de l’Art nouveau ou « style Mucha », Alfons Mucha est surtout connu pour ses représentations de femmes, de fleurs et de nature même si son travail recouvre d’autres domaines. Ainsi, le Musée du Luxembourg compte bien rendre hommage aux affiches qui ont fait sa gloire mais aussi à ses planches d’illustrateur, ses photos, bijoux ou encore pastels qui constituent son art.

Alfons Mucha, du 12 septembre 2018 au 27 janvier 2019 au Musée du Luxembourg.

Joan Miró

300dpi-autoportrait.jpg

Joan Miró, Autoportrait, 1919, ©Successió Miró / Adagp, Paris, 2018 Photo Rmn-Grand Palais (musée national Picasso-Paris)/Mathieu Rabeau

Expressionniste, détailliste, surréaliste, sauvage… L’œuvre de Joan Miró n’a cessé d’évoluer tout au long de sa vie entre peintures, dessins, céramiques et sculptures formant un univers poétique particulier s’inspirant notamment d’œuvres de personnalités comme André Breton ou Jacques Prévert. Le Grand Palais exposera ainsi plus de deux cents œuvres du maître afin de constituer cette grande rétrospective, la première au Grand Palais depuis 1974 et dans le monde depuis 2012.  

Miró, du 3 octobre 2018 au 4 février 2019 au Grand Palais.

Eugène Delacroix

1._la_liberte_guidant_le_peuple_louvre.jpg

La liberté guidant le peuple, Eugène Delacroix, ©Le Louvre

Etrangement, Eugène Delacroix n’a pas eu le droit à une quelconque rétrospective depuis 1963, année du centenaire de sa mort. C’est chose réparée puisque Le Louvre, en collaboration avec le Metropolitan Museum of New York, rend désormais hommage à l’ensemble de la carrière artistique de ce géant de la peinture française. 180 œuvres, dont une majorité de peintures, vont être ainsi réunies afin de mieux comprendre la carrière de Delacroix qui se déroule sur une quarantaine d’années (1821-1863) alors que ses peintures les plus célèbres ont pour la plupart été produites durant la première décennie.

Delacroix (1798-1863), du 29 mars jusqu’au 23 juillet 2018 au Louvre.

Feux !

quino-al-185185.jpg

© Quino Al/Cité des sciences et de l'industrie

Comme le rire, il nous différencie des animaux. Pourtant, il reste très mystérieux et encore terrifiant. Qu’est-ce que le feu ? Quels sont ses principes physicochimiques ? Quand l’humain a-t-il réussi à le dompter ? A l’heure où la température de la planète grimpe et où les feux de forêt ne cessent de ravager les forêts et parfois les habitations qui s’y trouvent, la Cité de la science et de l’industrie se penche sur cet élément qui apporte autant de richesses que de destructions. Une plongée dans un univers passionnant et pas si souvent abordé.

Feux !, du 3 avril 2018 au 6 janvier 2019 à la Cité des sciences et de l’industrie.

Le cubisme

georges_braque_grand_nu_hiver_1907_-_juin_1908_huile_sur_toile_140_x_100_cm_collection_centre_pompidou_paris_c_centre_pompidou_dist._rmn-gp.jpg

Georges Braque, Grand nu, 1907-1908, huile sur toile, 140x100 cm, collecion Centre Pomppidou, Paris, © Centre Pompidou / Dist.Rmn-GP

Picasso, Braque, Derain, Laurens, Delaunay, Léger, Picabia … Le point commun entre ces artistes ? Le cubisme, l’un des mouvements fondateurs de l’histoire de l’art moderne, aussi célèbre qu'obscure pour la majorité des gens. En partenariat avec le Kuntsmuseum de Bâle, le Centre Pompidou propose une traversée inédite de ce mouvement. Dans un parcours chronologique éclairant ses concepts clés et ses outils, l’exposition du Centre Pompidou ne propose pas moins de 300 œuvres afin de mettre en avant le caractère collectif de ce style qui n’est pas sans relations avec d’autres champs de la pensée moderne.

Le cubisme, du 17 octobre 2018 au 25 février 2019 au Centre Pompidou.

Jean-Michel Basquiat et Egon Schiele

La fondation Louis Vuitton a choisi d’exposer en même temps les œuvres de Jean-Michel Basquiat, dans les quatre étages du magnifique bâtiment de Frank Gehry, ainsi que celles d’Egon Schiele au premier niveau de l’édifice. Si les deux expositions sont bien distinctes, elles permettent d’envisager simultanément deux œuvres fulgurantes. L’exposition Jean-Michel Basquiat présente une centaine de toiles de l’un des peintres les plus marquants du XXe siècle, certaines extrêmement célèbres comme la série des « Heads » de 1981-1982 mais aussi d’autres plus méconnues. L’exposition autour d’Egon Schiele comprend également quelques œuvres de premier ordre signé par le peintre autrichien comme l’  « Autoportrait avec une lanterne chinoise » (1912).

Jean-Michel Basquiat et Egon Schiele, du 3 octobre 2018 au 14 janvier 2019 à la Fondation Louis Vuitton.

Picasso. Bleu et rose

01._pablo-picasso_nu-sur-fond-rouge.jpg

Pablo Picasso, Nu sur fond rouge, 1905,1906, Paris, musée de l'Orangerie, collection Jean walter et Paul Guillaume, © Succession Picasso 2017

Essentielle dans la carrière de Picasso, la période « bleu et rose » (1900-1906) n’a jamais été traitée dans son ensemble par un musée français. Pour la première fois, le musée d’Orsay et le musée Picasso collabore pour un projet de grande ampleur afin de rassembler des chefs d’œuvre parfois inédits en France. D’autre part, avec cette exposition, le musée d’Orsay compte bien éclairer le génie de Picasso à la lueur de ses contemporains du XIXe siècle tels que Degas, Toulouse-Lautrec ou Gauguin qu’il a pu observer directement ou indirectement.

Picasso. Bleu et rose, du 18 septembre 2018 au 6 janvier 2019 au musée d’Orsay.

Ateliers à la loupe, de Monet à Wei-Wei

Comment les artistes créent ? C’est la question qui sous-tendra l’exposition Ateliers à la loupe au Musée en herbe où près de 45 ateliers d’artistes de toutes les époques et de tous les continents y seront représentés par le peintre américain Damian Elwes. Dans l’intimité des plus grands artistes, de Gauguin à David Hockney en passant par Frida Khalo ou Andy Warhol, l’exposition se voudra aussi interactive et ludique grâce à des jeux de piste, énigmes, et visite en réalité virtuelle. Une manière d’appréhender les œuvres des artistes à travers leur environnement.

Ateliers à la loupe, de Monet à Wei-Wei, du 25 janvier au 8 septembre 2018 au Musée en herbe.

Renoir Père et Fils. Peinture et cinéma

04._bonnard_auguste_et_jean_renoir.jpg

Pierre Bonnard (1867-1974), Auguste et jean renoir, vers 1916, épreuve sur papier albuminé à partir d'un négatif sur film souple au gélatino-bromure d'argent, Paris, musée d'Orsay. Photo©Musée d'orsay, Dist.RMN-Grand Palais / Patrice Schmidt ©ADAGP, Paris 2017

« Fils de », Jean Renoir ne s’en est jamais caché. Le musée d’Orsay organise une exposition plutôt inhabituelle en ses murs puisqu’elle lance un pont entre le cinéma et la peinture. L’un des réalisateurs les plus respectés de son temps, Jean Renoir, n’en est pas moins le fils de l’un des plus grands peintres français : Pierre-Auguste Renoir. Comment l’art d’un père a-t-il nourri un fils ? Quels sont les rapports entre peinture et cinéma ? Une exposition qui s’annonce passionnante.

Renoir Père et Fils. Peinture et cinéma, du 6 novembre 2018 au 28 janvier 2019 au musée d’Orsay.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles