Japon : une femme politique sommée de quitter une réunion à cause de son bébé

Au Japon, les femmes demeurent sous-représentées en politique[KAZUHIRO NOGI / AFP]

Quelques semaines après qu'Ivanka Trump ait salué l'avancée du Japon sur l'émancipation des femmes, une nouvelle polémique embrase le pays. Une femme politique a été expulsée d'une réunion de travail par ses collègues.

La raison : Yuki Ogata avait emmené son fils de sept mois à une réunion du conseil municipal de Kumamoto, dans le sud du pays, afin de dénoncer les injustices auxquelles sont confrontées les mères qui travaillent, relaye The Guardian.

Le début de la réunion a été retardé de quarante minutes. Elle a pu y retourner après avoir laissé son enfant à un ami.

«Les règles sont claires : seuls les politiques, les employés et les responsables municipaux ont le droit d'entrer dans l'Assemblée», s'est justifié auprès de l'AFP un responsable du conseil municipal.

L'initiative de Yuki Ogata a été vivement commentée sur les réseaux sociaux, chacun y allant de son point de vue. Son histoire n'est pas sans rappeller celle d'une sénatrice qui, en mai dernier, était devenue la première femme australienne à allaiter son nourrisson dans le Parlement.

Le premier ministre japonais, Shinzo Abe, milite pour une meilleure intégration des femmes dans le monde du travail, dans le but de consolider l'économie nationale.

Pourtant, celles-ci demeurent sous-représentées en politique, puisque le Japon ne compte que 47 députées pour une chambre de 465 membres.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles