NBA : Tout savoir sur le transfert de Kyrie Irving à Boston

Kyrie Irving a été transféré aux Celtics de Boston. Isaiah Thomas prend la direction de Cleveland.[©Capture d'écran Twitter / Bleacher Report NBA]

Le meneur des Cleveland Cavaliers, Kyrie Irving, a été transféré aux Boston Celtics en échange d’Isaiah Thomas, Jae Crowder, Ante Zizic, et le choix de draft des Nets en 2018.

Un transfert qui a secoué la planète NBA par son caractère inédit. C’est en effet la première fois dans l’histoire de la ligue que deux équipes échangent des joueurs s’étant affrontés en finale de conférence (ou en finale NBA) la saison précédente (Kevin Durant, passé du Thunder aux Warriors la saison passée, était agent libre donc ce n’est pas comparable). C’est également la première fois que deux joueurs ayant tourné à plus de 25 points de moyenne – Kyrie Irving et Isaiah Thomas dans ce cas – sont échangés l’un pour l’autre la saison suivante, selon le Elias Sports Bureau.

Comme pour chaque transfert incluant des joueurs de cette envergure, la question centrale devient : «Quelle équipe en tire le plus de bénéfices ? Qui ressort gagnant de l’échange ?». Dans ce cas précis, on peut décemment penser qu’il s’agit d’un échange «gagnant/gagnant» entre Boston et Cleveland. Les premiers viennent de s’offrir une jeune star qui a fait ses preuves au plus haut niveau de la compétition – les NBA Finals – et qui possède encore deux années de contrat. Les deuxièmes récupèrent un meneur All-Star au talent transcendant, un ailier solide en défense et adroit à trois points, un jeune pivot prometteur, et un pick de draft permettant de construire pour l’avenir.

Regardons cela plus en détail pour chacune des équipes :

Le transfert du point de vue des Cleveland Cavaliers

Fin juillet, à la surprise générale, Kyrie Irving exprimait officiellement, et publiquement, son désir d’être transféré dans une nouvelle équipe. Une des raisons derrière cette demande étant sa volonté de sortir de l’ombre de LeBron James avec lequel il venait pourtant d’atteindre les NBA Finals ces trois dernières années sous le maillot des Cavaliers, et aux côtés duquel il a joué un rôle central dans le sacre historique du club en 2016 (avec notamment ce shoot assassin lors du Game 7).

Une situation d’autant plus inconfortable pour les Cavaliers qui, dans le désordre, venaient de laisser partir leur général manager et architecte de l’équipe ayant remporté le titre en 2016, David Griffin, alors qu’il était en pleine négociation pour tenter de faire venir Paul George ou Jimmy Butler à Cleveland, et à seulement quelques jours de la Draft 2017. Que Chauncey Billups a refusé de prendre sa place après avoir reçu une offre jugée «insuffisante» de la part du propriétaire du club, Dan Gilbert. Que leur intersaison se limitait jusqu'alors à la signature de José Calderon, la prolongation de Kyle Korver pour 3 ans, et le retour de Richard Jefferson. Et que les rumeurs annonçant LeBron James sur le départ à la fin de la saison à venir ne cessaient de prendre de l’ampleur.

Aussi, la nomination du général manager intérimaire Koby Altman, 34 ans, au poste de numéro 1 en pleine période de crise ne laissait que peu de place à l’enthousiasme. L’homme qui a signé Derrick Rose pour un contrat d’un an quelques jours après sa prise de fonction, se retrouvait avec la tâche non-enviable de trouver le meilleur échange possible pour Kyrie Irving alors que toutes les équipes de la ligue étaient au courant de la volonté du joueur de partir. Ce qui n’est jamais idéal dans une négociation. Après plusieurs rumeurs annonçant un échange imminent avec les Suns de Phoenix, c’est finalement avec les Celtics de Boston que Koby Altman a donc réussi à dénicher le transfert parfait pour le club, tant sur le court que le long terme.

Bien que petit par la taille, Isaiah Thomas a démontré l’an dernier l’étendue de son talent en propulsant les Celtics à la première place de la conférence Est à l’issue de la saison régulière avec ses pénétrations magistrales, son adresse aux tirs, et une production offensive irréelle pour un joueur sélectionné au deuxième tour lors de la Draft 2011 (60e choix). Bref, les Cavs auraient difficilement pu trouver mieux pour remplacer l’apport de Kyrie Irving (parmi les joueurs disponibles). Jae Crowder est un défenseur tenace et adroit à trois points interchangeable aux deux postes d’ailier, soit toutes les qualités recherchées pour évoluer aux côtés de LeBron James. Ça, c’est pour le court terme.

En ce qui concerne l’avenir, ils récupèrent Ante Zizic, un pivot de 20 ans vanté pour son potentiel, et surtout, cerise sur le gâteau, le choix de draft de 2018 des Nets sans aucune protection (très probablement un Top 10, voir Top 5 ou 3). Ah oui, on allait oublier : le salaire d’Isaiah Thomas n’est que de 6,3 millions pour cette saison, ce qui devrait permettre à Dan Gilbert d’économiser plus de 29 millions de dollars de taxes à la fin de l’année.

Trois scénarios se profilent désormais pour les Cavaliers :

1. Cleveland atteint les NBA Finals avec James et Thomas. LeBron décide de revenir, Thomas signe un contrat juteux. Et tout le monde est content.

2. Les Cavs perdent en finale (ou avant), LeBron James décide de partir (aux Lakers ?), alors Altman offre un gros contrat à Thomas pour former un duo de choc avec Kevin Love, et utilise Zizic et le pick de Draft des Nets pour faire venir un troisième joueur afin de former un nouveau «Big Three».

3. Les Cavs perdent en finale (ou avant), LeBron s’en va. Altman n’offre pas de contrat à Thomas, échange Kevin Love pour des futurs tours de draft, et commence une reconstruction totale en croisant les doigts dans l’espoir d’obtenir le premier choix de la Draft 2018 (possible si les Nets font une saison comme la précédente) et la chance de sélectionner Marvin Bagley III.

In fine, avec ce transfert, Koby Altman a réussi à obtenir ce que tout bon général manager rêve d’avoir, à savoir l’embarras du choix.

Le transfert du point de vue des Boston Celtics

Lors du premier match de la saison, voilà ce à quoi on devrait assister.

Moqué sur les réseaux sociaux pour sa frilosité pendant l’intersaison, Danny Ainge, le général manager des Celtics vient de faire taire bon nombre de ses détracteurs. Alors oui, il est désormais la cible de ceux qui estiment qu’il vient de trahir un joueur, Isaiah Thomas en l’occurrence, qui a permis au club de renouer avec le succès, et qui, il y a quelques mois encore, disputait un match de playoffs un jour après la mort tragique de sa sœur dans un accident de voiture.

Les fans des Celtics étaient en adoration devant Isaiah Thomas, à juste titre, pour son courage et son talent, unique pour un joueur de sa taille. Mais une fois l’aspect émotionnel dépassé, on ne peut qu’applaudir la décision du club d’avoir eu le courage de faire ce choix, difficile certes, mais qui pourrait se révéler payant à l'avenir. Et pourquoi pas dès cette saison.

Avec Kyrie Irving, les Celtics viennent de mettre les mains sur un meneur de jeu dont le talent offensif devrait faire des merveilles au sein d’un effectif dirigé d’une main de maître par Brad Stevens. Et qui vient de signer Gordon Hayward pour les quatre prochaines années. Ils ont également recruté Marcus Morris, et drafté Jayson Tatum, qui s’est distingué lors de la Summer League en faisant la démonstration d’un arsenal offensif étonnement affûté pour un rookie. Si on ajoute à cela le talent brut de Jaylen Brown, et l’expérience d’Al Horford, les Celtics possèdent toutes les cartes en main pour faire beaucoup de bruit cette saison, et pourquoi pas déloger les Cavaliers au sommet de la conférence Est lors des playoffs.

Kyrie Irving est aussi trois ans plus jeune qu’Isaiah Thomas – 25 ans – et a déjà démontré qu’on pouvait compter sur lui dans les moments les plus chauds en playoffs, et en finale NBA. En échangeant le premier choix de la draft avec les Sixers en juin dernier pour le troisième, les Celtics ont récupéré le très convoité pick de draft 2018 des Lakers (seulement s'il tombe entre le 2e et 5e choix) dans l'opération. Ce qui leur permet également de continuer à construire pour le futur, ou de réaliser un transfert dans le courant de la saison (DeMarcus Cousins serait une cible potentielle).

Les Celtics étaient ouvertement hésitants à l’idée d’offrir un contrat trop onéreux, et trop long, à Isaiah Thomas à la fin de la saison (il sera agent libre le 1er juillet 2018). Surtout que ce dernier est âgé de 28 ans, et que les joueurs de petite taille n’ont pas la réputation de bien vieillir au-delà de leur 30e anniversaire. Sa blessure à la hanche lors des playoffs la saison passée – et la possibilité que sa santé se détériore à court terme en raison des nombreux coups qu’il encaisse à chacune de ses pénétrations dans la raquette – aurait également été un élément décisif dans la décision de se séparer de lui (l’état de santé de Kyrie Irving tout au long de sa carrière n’est pourtant pas exemplaire).

Seront-ils meilleurs avec Kyrie Irving qu’ils ne l’auraient été avec Isaiah Thomas cette saison ? Et les suivantes ? Difficile à dire avant d’avoir vu le nouvel effectif à l’œuvre sur la durée. Mais personne ne pourra reprocher à Danny Ainge de ne pas tout tenter pour donner aux Celtics une chance de renouer avec leur glorieux passé. Même si cela doit se faire aux dépens d’un joueur aussi aimé et respecté qu’Isaiah Thomas.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles