La date du Brexit pourrait être «exceptionnellement» décalée

Un partisan pro-européen lors d'une manifestation devant le parlement à Londres le 18 décembre 2017 [Daniel LEAL-OLIVAS / AFP] Un partisan pro-européen lors d'une manifestation devant le parlement à Londres le 18 décembre 2017 [Daniel LEAL-OLIVAS / AFP]

Sous la pression de députés de sa majorité conservatrice, la Première ministre britannique Theresa May a déclaré mercredi que la date du Brexit pourrait être "exceptionnellement" décalée, au moment où la Commission européenne propose que la période de transition post-Brexit s'achève fin 2020.

La date du Brexit est au coeur des débats du Parlement britannique, qui a repris mercredi l'examen du projet de loi de retrait de l'UE, qui doit mettre fin à la suprématie du droit européen.

Le texte la fixe au 29 mars 2019, soit deux ans jour pour jour après le déclenchement de la procédure de divorce par Londres.

Or cette disposition est contestée jusque dans les rangs du Parti conservateur, certains élus estimant que fixer une date à l'avance pourrait affaiblir la position britannique dans les négociations avec Bruxelles. Ce qui promettait une nouvelle défaite pour Mme May lors du vote prévu en fin de journée, après un premier camouflet essuyé la semaine dernière sur ce projet loi qui en est à son 8ème jour d'examen.

Entre-temps, trois députés Tories ont déposé un amendement qui maintient la date du 29 mars 2019 mais autorise un éventuel report au cas où les discussions avec les 27 membres de l'UE devaient se poursuivre au-delà de cette échéance. Un compromis auquel Mme May a donné son aval peu avant la reprise des débats, tout en assurant qu'il n'en serait fait usage qu'à titre exceptionnel.

"Si nous devions utiliser cette disposition, ce ne serait que dans des circonstances exceptionnelles et pour une durée aussi courte que possible", a dit Theresa May, en réaffirmant son attachement à concrétiser le Brexit à la date annoncée.

A la tête d'une majorité affaiblie depuis les législatives de juin, Mme May avait subi une défaite cuisante mercredi lorsque onze de ses députés avaient voté avec l'opposition pour que le Parlement obtienne un vote final sur les termes du divorce d'avec l'UE, contre la volonté du gouvernement qui se prépare à discuter de ses liens post-Brexit avec l'UE.

 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles